Le choix de l’école libre doit être un vrai choix – 24 juin 2020

Madame VASSAL, vous êtes très inspirée en cette fin de campagne, à multiplier les courriers divers à l’attention des habitants du 6e et 8e arrondissements.

Malheureusement cette verve ne s’accompagne pas de la rigueur nécessaire pour vérifier les informations que contiennent ces courriers, à moins que ce ne soit volontaire…

Entre autres diffamations concernant notre programme, vous avez choisi de vous attaquer au sujet de l’école, qui, je vous le rappelle, est la première mission d’une municipalité.
Vous indiquez dans un premier courrier que notre liste mettra fin aux subventions aux écoles privées, puis dans un courrier spécifique adressé aux écoles privées, que notre subvention ne sera que le minimum légal.

Madame VASSAL, il faudrait savoir, Le Printemps Marseillais, il en accorde ou pas des subventions ?

Notre volonté est pourtant très simple à comprendre.

Il est évident que le Printemps Marseillais, qui n’a jamais eu l’intention de relancer la guerre des écoles, entend accorder les subventions dues aux écoles privées, ne serait-ce déjà parce qu’il s’agit d’une obligation légale, et contrairement à vous Madame VASSAL, nous n’avons pas l’intention d’agir en contournant ou en nous arrangeant avec la loi.

Néanmoins, et il s’agit d’un fait incontestable et partagé par l’ensemble des habitants de Marseille, sauf apparemment votre parti, la priorité et l’urgence première sont de rénover et reconstruire nos écoles publiques.

Il est particulièrement inapproprié et indigne de lire de votre part : “je fais partie de ceux qui ont toujours eu à coeur de défendre la liberté des parents de choisir l’école libre : une école de l’excellence (…) dans des quartiers où l’éducation nationale a parfois pu être prise en défaut”, surtout quand on sait que l’état déplorable de ces écoles est due à l’inaction de la majorité à laquelle vous appartenez, et dont l’incompétence a conduit des journaux nationaux à titrer que les écoles marseillaises étaient “la honte de la République !”.

Le plan du Printemps Marseillais pour les écoles, priorité revendiquée de notre mandat, est un plan global d’un milliard d’Euros comprenant les crèches, l’école maternelle et l’école primaire.

Et le terme global n’est pas dénué de sens, dans la mesure où si une école privée devait se trouver en difficulté, nous serions présents pour l’accompagner au maximum, comme pour toute autre école.

Madame VASSAL, l’important n’est pas la nature publique ou privée de l’enseignement, mais les enfants qui reçoivent celui-ci, et pour qui nous avons une obligation de résultats de fournir des équipements dignes pour tous, et non pour nos seuls électeurs, comme en témoigne votre courrier flattant simplement les partisans de l’école privé.

Tous nos enfants doivent recevoir un enseignement de qualité, dans des locaux qui ne sont pas inondés par la pluie, où les rats ne les côtoient pas dans les couloirs, où le chauffage fonctionne, où le plafond ne risque pas de leur tomber dessus, et ce quelque soit l’école qu’ils choisissent.

Car oui, Madame VASSAL, nous sommes attachés aux valeurs de la République, qui permettent le choix entre l’école publique et l’école privée.

Nous refusons simplement que l’école publique soit un choix par défaut, et notre programme n’a d’autre but que réparer votre saccage d’un quart de siècle.

Olivia Fortin, 
Tête de liste du Printemps Marseillais pour les 6eme et 8eme arrondissements